Ville de Huningue
Huningue - masque image tête de chapitre
Ville de Huningue -

plan de ville

Plan de la ville de Huningue

météo

Meteo

Portraits de Huninguois

Laurent COMPARON

Laurent : un grand frère au Forum
Portrait de Laurent COMPARONFace aux risques des quartiers, il « couvait » les plus jeunes. Laurent COMPARON, « c’était une star au Schuman » se rappellent ses petits protégés. Aujourd’hui, il prête main forte au service jeunesse. Et c’est trop bien !

Paraît qu’« on n’est pas sérieux quand on a 17 ans », paraît… chantait Rimbaud. Alors gamin et qu’on n’a pas dix ans, que la vie bouillonne et appelle au pied des collectifs et qu’on est livré à soi même… Heureusement qu’il y a des garde-fous comme Laurent COMPARON.

Arrivé à 8 ans à Huningue, il est monté en graine au quartier Schuman, l’autre terrain d’aventures de la cité avec le Tivoli. En plus de deux décennies, on imagine qu’il en a fait le tour pour en tirer toutes les ressources des pelouses et des cages d’escaliers, et que toutes les familles réunies  étaient devenues aussi un peu sa famille.

« On avait alors du respect pour les plus jeunes »

Alors, un référent, Laurent ?

« C’est vrai. Dans les années quatre-vingts, quatre-vingt dix, j’étais devenu un peu le grand frère du quartier. » À savoir le « grand » d’expérience chez qui on vient chercher les bons conseils sinon les mises en garde et protection. Comprenez : le quartier Schuman, ce n’était pas La Courneuve de la Seine- Saint-Denis ou Vaulx-en-Velin à Lyon. Pas de voitures brûlées et pas vraiment de casse, non ! mais, reconnaît le grand frère, « de la petite délinquance, de petits vols et de la drogue, oui, bien sûr. Mais pas d’agressions sur les personnes ou de vandalisme gratuit
comme maintenant. La seule dégradation dont je me souvienne, c’est celle d’un mur de la mairie apparemment fatigué et qui s’est effondré à force d’être franchi. » Un peu la faute aux maçons, quoi.

Et puis le Schuman avait ses principes. « On avait alors du respect pour les plus jeunes ». Alors que maintenant ? « Il n’y en a plus. Ni pour les jeunes, ni pour nos aînés ! Plus pour personne » reconnaît-il avec un sourire navré.

Alors, c’était quoi le rôle du grand frère ?

Pas celui de la nounou mais presque à écouter l’un de ses petits protégés de l’époque, Nebil BOURAHLI, aujourd’hui coordinateur de l’animation au service jeunesse. « J’avais alors 9/10 ans. Laurent, il m’a vu grandir. Je me rappelle ses bonbons bien sûr, mais c’était surtout celui qui nous couvait, nous écartait des grands quand ils faisaient des conneries, nous mettait en garde quand on jouait dans les caves, nous sermonnait aussi quand il nous prenait avec une cigarette. Là, on avait peur qu’il nous tombe dessus. Et c’était aussi comme un médiateur aujourd’hui ; le grand qu’on allait voir quand on avait des problèmes avec d’autres jeunes.

Pour moi, c’est d’abord un homme de terrain. Il jouait avec nous, mettait de l’ambiance. Si on pouvait être avec lui, on était heureux. On aurait été au bout du monde pour lui. Alors que maintenant, si on demande quoi que ce soit à un jeune, il vous répond qu’il n’est pas votre pigeon. Laurent, il est venu me voir à l’hôpital après mon accident de voiture et ma double fracture. Aujourd’hui, il n’y a plus ce lien entre générations, ce lien qu’on cherche à recréer au service jeunesse.»

Pour ce travail Nebil peut encore compter sur Laurent que la municipalité est allée chercher pour renforcer sa commission des jeunes. On ne se sépare pas comme ça d’un « homme de contacts et de dialogue » comme dit Nebil. Car outre sa connaissance et son expérience du quartier, le grand frère (aujourd’hui 41 ans, résidant du Kleinfeld et père de deux enfants) a ses entrées aussi dans le monde associatif, comme ancien sapeur-pompier, membre du CADPA et toujours, entraîneur des jeunes à l’ASH. Laurent, c’est aussi un sacré « carnet d’adresses » comme on dit dans les milieux d’affaires. Et de l’enthousiasme toujours ! Pour encadrer et améliorer le déroulement des manifs comme le Fun’ingue festival ou les soirées VIP pour lequel on l’a bombardé référent sécurité (avec plus de 600 jeunes à « couver »), les sorties aussi comme les
nuits tipis à l’Europa Park ou pour le dernier match Sochaux-Marseille qui vit une virée de 45 jeunes…

« Au départ, j'étais hésitant à m'engager, mais je ne regrette rien »

« Au départ, j’étais hésitant à m’engager. Mais je ne le regrette pas. L’expérience est enrichissante et le service jeunesse, avec tout ce qu’il fait aussi dans l’ombre, une réussite de la ville. Le Forum jeunes, qui intègre tous les milieux, est une super équipe où l’on a du plaisir à se retrouver. »

Bref, heureux et parti comme il l’est, Laurent le grand frère pourrait bien se retrouver un jour le… grand père.

Jeanlou





        


» Retour à la liste
L'agenda
+ Tout l'agenda

Webcam place Abbatucci

Live Stream
+ En savoir plus + La place Abbatucci en direct

Tennis tout public

Tennis tout public

Réservez toute l'année votre court de tennis dans le complexe couvert.

+ En savoir plus

Parking gratuit 1h + dimanche, jours fériés et après 19h

Parking gratuit 1h + dimanche, jours fériés et après 19h + En savoir plus
imprimer la pageImprimer la page Partager le contenu de cette pageenvoyer à un ami haut de page haut de page