Ville de Huningue
Huningue - masque image tête de chapitre
Ville de Huningue -

plan de ville

Plan de la ville de Huningue

météo

Meteo


Huningue en quête de médecins généralistes

L’histoire du pôle santé aurait pu être citée en exemple.

Soucieux de répondre à une forte demande, mais aussi d’anticiper le départ à la retraite de médecins généralistes installés de longue date à Huningue, le Dr MEYER se rapproche en 2012 de la Ville pour présenter l’idée, partagée par le Dr MALPARTY, d’un cabinet élargi à de jeunes confrères. Il s’agit alors de réfléchir avec les élus aux moyens de la mettre en œuvre. « Pour le Dr MEYER, médecin emblématique dont le père exerçait déjà à Huningue, il s’agissait avant tout de garantir un accueil pérenne en favorisant l’installation de jeunes médecins » explique le maire, Jean-Marc DEICHTMANN.

La construction imminente de l’Intendance, le nouveau bâtiment ouvrant sur la place Abbatucci, apparaît vite comme une opportunité, d’autant plus que d’autres praticiens ou infirmiers se montrent intéressés pour s’établir à proximité des généralistes.

C’est dans ce contexte que le conseil municipal décide d’aménager les deux étages du bâtiment, selon le cahier des charges transmis par les futurs occupants et faisant consensus. En ce qui concerne les médecins généralistes, les besoins sont de 5 cabinets, 3 salles d’attente, un bureau pour le secrétariat d’accueil ainsi que d’une salle de garde et d’une autre de réunion. Des conditions d’exercice semble-t-il appréciées des nouveaux médecins généralistes, les Dr HECHT et HOENNER-HECHT, qui dans l’attente de la fin des travaux exercent dans un local mis à leur disposition par la Ville.

Des conditions d’exercice sur mesure

Les loyers ont déterminés d’un commun accord au prorata des surfaces occupées, pour certaines mutualisées, sur la base d’un chiffre médian de 11€ HT du m2. Le loyer moyen mensuel par médecin s’élève alors à 1.085,76 € TTC, dont 170,76 € de provisions de charges.

« Le Dr MEYER nous ayant informé en septembre qu’il ferait valoir ses droits à la retraite ce 1er avril, nous avons rencontré à deux reprises l’ensemble des médecins pour étudier avec eux les incidences de ce départ sur les loyers, l’objectif étant de minimiser les surcoûts. Au final, nous arrivions à une baisse d’environ 167 € par mois et par médecin après avoir déduits certaines surfaces mutualisées, hier souhaitées par les médecins eux-mêmes mais depuis jamais utilisées ! »

De fait, bien qu’ayant créé une association médicale, les généralistes ne se sont que peu ou pas entendus pour assurer des gardes, ni par après les permanences du samedi. Pas plus que pour embaucher une secrétaire d’accueil.

Se disant insatisfait du montant du loyer, le Dr HECHT a informé la Ville, par simple courriel, de son départ et de celui de son épouse au 1er avril à Hégenheim où ils partageront le cabinet d’un confrère. « Une façon de faire pour le moins inélégante sur la forme » constate le maire, qui s’interroge aussi sur le fond, le loyer n’étant peut-être que prétexte à s’éloigner d’une patientèle jugée trop difficile, voire d’autres raisons non évoquées ? 

Quatrième et dernier médecin, « le Dr MALPARTY aurait vraiment souhaité achever sa carrière à Huningue où il exerce depuis 28 ans, mais il ne peut envisager de rester dans de telles conditions, pour des raisons de sécurité et d’organisation, et parce qu’il lui serait impossible d’accueillir seul la patientèle de ses collègues ».

En quête de solutions viables

La situation préoccupe et mobilise donc fortement l’équipe municipale qui ne peut se résoudre à ne plus compter un seul médecin généraliste à Huningue. D’autres médecins ont déjà été sollicités, mais ils sont aussi en fin de carrière, avec déjà une patientèle, et ne représenteraient qu’une solution provisoire…

Toutes les solutions sont actuellement à l’étude (voir ci-contre) pour que la population huninguoise bénéficie de la qualité et de la proximité de soins dont chacun devrait pouvoir bénéficier dans notre bassin de vie de 76.000 habitants.

[SOS Médecins]

La désertification médicale gagne les villes

Désert médical rime pour beaucoup avec rural, avec en tête l’image d’un village de fond de vallée délaissé de tous. Les 2,5 millions de Français qui pâtissent de cette désertification sont pourtant de plus en plus souvent des urbains, parfois même en zone touristique!

Une situation d’autant plus inquiétante qu’elle s’amplifie, car si notre pays ne manque pas de médecins, il manque par contre de généralistes libéraux ; en dix ans leur nombre a déjà baissé de près de 10% tandis que des départs massifs à la retraite s’annoncent, l’âge moyen des praticiens en exercice étant élevé.

En outre, la tendance chez les jeunes diplômés est à choisir d'autres spécialités, et surtout à pratiquer comme salariés pour travailler moins et être moins seuls.

L’atout d’une maison de santé

Dans ce contexte, l’attractivité d’un territoire passe par l’ouverture de maisons de santé où se regroupent plusieurs professionnels, avec aussi l’avantage d’une mutualisation des coûts et des contraintes. Cependant, et comme le démontre hélas l’actualité huninguoise, s’il s’agit d’une condition aujourd’hui nécessaire, elle s’avère néanmoins souvent insuffisante.

De fait les solutions relèvent également et surtout de l’organisation générale de la santé en France, avec entre autres un débat autour du numerus clausus, c’est-à-dire du nombre de médecins diplômés, ou encore de mesures incitatives voire coercitives pour s'installer dans des zones sous-dotées.

 L’engagement des pouvoirs publics

Enfin, si la télémédecine et la téléconsultation représentent des pistes intéressantes pour demain, elles sont encore à ce jour expérimentales et ne sauraient en aucun cas totalement remplacer les médecins.  

La désertification médicale n’est donc pas une fatalité. Des solutions à même de juguler le phénomène existent mais exigent un engagement résolu des pouvoirs publics. Car si beaucoup a déjà été fait dans les communes pour favoriser l’installation de médecins, l’essentiel reste encore à faire à l’échelon national. C’est d’ailleurs là l’un des grands enjeux des prochaines échéances électorales…

[agir]

L’état des démarches

Depuis l’annonce du départ des médecins, l’équipe municipale travaille sans relâche pour que Huningue retrouve rapidement des généralistes. Elle le fait comme à son habitude dans la concertation et explore toutes les alternatives en s’appuyant sur les instances compétentes et les relais influents.

L’Ordre des médecins, l’Agence régionale de santé (ARS) et les parlementaires locaux ont ainsi été interpellés sur une situation difficilement compréhensible car rien ne prédestinait notre territoire en développement à devenir un désert médical ! Des échanges sont en cours.

L’ensemble des locataires du pôle santé, de même que les pharmaciens locaux qui manifestent une légitime inquiétude, ont d’autre part été informés et écoutés lors d’une rencontre en mairie. Sans ambiguïté, les uns et les autres entendent poursuivre leur activité à Huningue.

Un travail en concertation

Parce que sur ce dossier, comme de manière générale dans la conduite des affaires municipales, l’intérêt général prime sur les clivages politiques, les propositions du groupe minoritaire ont été étudiées : la confirmation par ses médecins de la totale saturation du pôle de santé de Bartenheim rend inopérante l’idée d’une navette depuis Huningue, et l’hypothèse d’un service de télémédecine ne peut être « qu’une solution partielle et complémentaire au vu de la taille de notre collectivité », de l’avis même de l’un de ses précurseurs et spécialistes récemment contacté, le Pr CINQUALBRE.

Il convient à cet égard de préciser qu’autant les professionnels de la santé, notamment huninguois, que l’ARS se montrent circonspects quant à l’efficience d’un service de télémédecine, pour lequel d’ailleurs les patients peineraient semble-t-il encore à se faire rembourser par la Sécurité sociale…

L’intervention d’un cabinet spécialisé

La Ville a également mandaté un cabinet spécialisé dans le recrutement de médecins généralistes libéraux.

Enfin, et même s’il ne s’agit pas de l’objectif prioritaire, le pôle santé accueillera à compter d’avril une association de cardiologues mulhousiens qui exerceront deux jours par semaine, avec une secrétaire.

Tout est donc mis en œuvre pour obtenir au plus vite un résultat tangible. Un nouveau point sera fait en juin dans le prochain Passerelle[s], ou auparavant sur huningue.fr 

Le Pole santé de Huningue

Retour à la liste des actualités




Code de sécurité*
Recopiez le code de sécurité

(*) Champs obligatoires

L'agenda
+ Tout l'agenda

Webcam place Abbatucci

Live Stream
+ En savoir plus + La place Abbatucci en direct

Tennis tout public

Tennis tout public

Réservez toute l'année votre court de tennis dans le complexe couvert.

+ En savoir plus

Parking gratuit 1h + dimanche, jours fériés et après 19h

Parking gratuit 1h + dimanche, jours fériés et après 19h + En savoir plus
imprimer la pageImprimer la page Partager le contenu de cette pageenvoyer à un ami haut de page haut de page