Rencontres avec des Huninguois[es]

Les Enseignes du docteur HABY

Septembre 2020

Jérôme HABY, président des Enseignes de HuningueJamais l’association locale des commerçants n’avait eu pour président un professionnel de la santé. Peu sont d’ailleurs dans ce cas. L’exemple pourrait pourtant faire école car avec le Dr Jérôme HABY à leur tête, les Enseignes de Huningue reprennent du souffle !

Arrivé en 2013 de l’agglomération mulhousienne pour s’établir en tant que chef d’entreprise, Jérôme HABY ignore alors presque tout de Huningue. « La ville m’est immédiatement apparue agréable, très verte, avec une implantation transfrontalière proche de tout qui offre bien des avantages et une facilité de déplacement déconcertante. Mais mes premiers mois ici n’étaient que boulot, boulot et encore boulot… Il faut comprendre que c’était mon premier emploi ! » se souvient-il, bien trop à sa tâche ces premiers mois pour s’intéresser à la vie huninguoise.

Tant et si bien que le courrier l’invitant courtoisement à rejoindre l’association des commerçants – en commençant par payer sa cotisation – disparaît sous une pile pour ne plus reparaître. Son adhésion en 2015 relève cette fois d’une démarche volontaire : il aspire à échanger avec d’autres chefs d’entreprise, voire si besoin à donner un petit coup de main pour développer les animations commerciales. « Ce qui n’était pas la priorité du moment est devenu pour moi une évidence : créer une vraie dynamique, profitable à tous, à l’échelle d’une ville ne peut se concevoir qu’ensemble ! »

« Resserrer les liens »

Les circonstances font que Jérôme HABY devient le président des Enseignes de Huningue trois ans plus tard, avec un comité motivé mais qui s’amenuise. « L’envie est de sortir de la routine, d’insuffler des idées nouvelles. La réalité est tout autre car faute de bras l’association peine surtout à maintenir ses animations habituelles ». Puis tombent les contraintes d’organisation liées aux menaces d’attentats, un couperet pour le marché d’automne. L’annulation est perçue comme le signal de l’urgence à rebondir.

Et un maître-mot s’impose vite : « resserrer les liens ». D’abord par une fidélisation de la clientèle en s’appuyant sur une association à l’image et aux animations redynamisées afin de mieux promouvoir la proximité et la qualité du service. Ensuite en fédérant les commerçants avec pour leitmotiv l’intérêt commun à s’entendre et à s’investir sur des objectifs d’intérêt général bénéfiques à la vitalité et à l’attractivité du centre-ville. Le président trouve déjà une vraie motivation à « travailler aux côtés de commerçants heureux de se retrouver ensemble, avec une estime réciproque et une grande complémentarité grâce à la diversité des métiers ». Cet état d’esprit suffirait-il à réconcilier sous l’égide des Enseignes l’une ou l’autre rivalité ? Jérôme HABY s’en réjouirait, persuadé qu’ici comme ailleurs l’union fortifie.

Des partenaires de confiance

Quoi que bien établis, les liens avec les principaux partenaires de l’association méritent aussi à ses yeux d’être consolidés. « Reg’yo, la fédération des associations de commerçants du Pays de Saint-Louis, est un bel exemple de l’intérêt que nous avons à mutualiser nos forces à plus grande échelle pour des opérations aux dotations autrement plus généreuses que celles que les Enseignes seules peuvent offrir. Autre fidèle partenaire, la Ville est la principale pourvoyeuse de nos moyens ; elle est même en l’occurrence exemplaire, peu pouvant revendiquer un tel soutien ! » Jérôme HABY n’en attend donc pas davantage de cette dernière mais souhaite en revanche que l’association devienne plus encore l’interface entre ses adhérents et les élus ou les services municipaux, toujours dans le but de favoriser l’activité commerciale, voire de prévenir toute dissonance, tout différend. « Je conçois les Enseignes comme une courroie de transmission, aidant à la communication aussi bien ascendante que descendante. La confiance établie avec nos partenaires est pour nous le gage d’une qualité d’écoute, qui s’est confirmée pendant la crise du Covid. »

L’épreuve de la crise

Terrible épreuve que cette crise sanitaire et ses conséquences économiques. Elle contraint l’association à revoir encore ses priorités : d’abord aider autant que possible ses adhérents en souffrance – « tout le monde aujourd’hui s’accroche pour sortir de la crise » –, ensuite « se donner l’opportunité de travailler tous ensemble, de manière peut-être différente mais surtout élargie. Chacun sait qu’on ne réinventera pas la roue mais que nos réussites passent avant tout par la solidarité ». Jérôme HABY se fait dans cette période difficile le porte-parole des commerçants de l’association qui ne remercieront jamais assez les clients qui ont su leur rester fidèles et les ont soutenus sur le plan relationnel, émotionnel et économique. « Chacun à une anecdote à ce sujet… J’ai pour ma part un patient qui nous offrait de la pâtisserie maison chaque semaine en guise de remerciement pour notre engagement ! »

L’un des effets de la crise est justement de remettre en perspective tout ce qu’apporte le commerce de proximité en matière de lien social. Et c’est peut-être à ce pouls que l’atypique président des Enseignes est le plus optimiste : « c’est sans doute là notre meilleure valeur ajoutée et nous saurons la faire prospérer ! »







» Retour à la liste

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.

(*) Champs obligatoires

J'accepte explicitement l'utilisation de mes coordonnées pour si nécessaire me recontacter à propos de ma demande exprimée à travers ce formulaire. Les données seront stockées le temps de leur traitement.

(*) Champs obligatoires